Positionnement

Pourquoi less is more.

Écrit par Alban Mezino

Publication originale le 22 août 2022.

Mis à jour le 13 septembre 2022.

Lecture : 5 minutes

Logo Mental Breakdown

Less is more... vraiment ? Est-ce du bullsh*t ?

Qu'est-ce que ça veut dire ?

Est-ce un vrai bon conseil de faire moins pour avoir plus ?

La pensée limitante : faire moins rapporte forcément moins

En bons humains que nous sommes, nous avons des règles générales en tête. Ce sont nos biais.

Nos biais sont utiles puisqu'ils nous permettent de prendre rapidement des décisions sans avoir besoin de passer notre vie en mode analyse de notre contexte.

Le problème est que parfois nos biais nous jouent des tours.

Pour la plupart des gens faire moins veut dire avoir moins. Comme si faire plus rapportait plus.

C'est pour ça qu'on passe plus de temps au bureau. C'est parce qu'on a l'impression que si l'on travaille plus aujourd'hui on aura fait plus de choses.

Et pourtant, je vous promets que si je travaille 16h dans une journée, j'aurais fait moins qu'en deux journées de 8h.

C'est également pour ça que la règle du 80/20 rencontre autant de succès, car elle permet d'enrayer le biais suivant :
Faire moins rapporte forcément moins.

Et oui, grâce à Pareto on sait que bien souvent 80% des résultats sont produits par 20% des efforts... en d'autres termes Less is More.

Le problème c'est que cette règle marche bien dans des situations où nous sommes en contrôle... des situations où nous voyons l'issue dans notre tête.

Mais pour les autres situations, on galère un peu plus. Dans la pratique, on a souvent du mal à s'imaginer qu'en trouvant une niche encore plus petite on aura encore plus de clients.

On se dit "il y a moins de gens là-dedans, du coup j'aurais moins de clients". C'est dans ce genre de situations que notre cerveau nous joue des tours !

Less is more = Focus

Faire moins nous donne l'opportunité de faire mieux. En choisissant le focus à la quantité, nous gagnons du temps.

Si on ne perd pas de temps, on gagne du temps... on parle souvent de temps comme si nous contractions une dette auprès de nous-mêmes. Si l'on veut éviter la dette de temps, il nous faut nous concentrer sur ce qui compte, éviter de disperser nos efforts et être intelligemment paresseux.

En faisant cet effort, le temps gagné sera réinvesti dans la résolution d'un problème spécifique. Nous apportons beaucoup plus de valeur sur un sujet spécifique plutôt que peu de valeur sur beaucoup de sujets.

C'est ici qu'il se passe quelque chose d'étrange ! Prenons trois exemples pour bien comprendre.

Partons du principe que j'ai 100 points de temps à distribuer. Chaque point de temps représente la même dose d'effort fourni. Ces 100 points de temps me permettront de récolter des points de résultat.

Ce qu'il se passe en se dispersant

Sujet 1 : 10% d'efforts ➡️ 0-40% de résultats
Sujet 2 : 10% d'efforts ➡️ 0-40% de résultats
Sujet 3 : 10% d'efforts ➡️ 0-40% de résultats
Sujet 4 : 10% d'efforts ➡️ 0-40% de résultats
Sujet 5 : 10% d'efforts ➡️ 0-40% de résultats
Sujet 6 : 10% d'efforts ➡️ 0-40% de résultats
Sujet 7 : 10% d'efforts ➡️ 0-40% de résultats
Sujet 8 : 10% d'efforts ➡️ 0-40% de résultats
Sujet 9 : 10% d'efforts ➡️ 0-40% de résultats
Sujet 10 : 10% d'efforts ➡️ 0-40% de résultats

Dans le meilleur des cas, tous les sujets sont avancés à 40%, ce n'est pas assez pour dire qu'un sujet en question est traité et produit une réelle valeur.

On fait beaucoup, mais on a l'impression de ne pas avancer. Par rapport à nos efforts de 100% on estime que les résultats produits ne sont pas assez visibles. On a un sentiment d'injustice. C'est la déprime.

Ce qu'il se passe en cherchant la perfection

Sujet 1 : 100% d'efforts ➡️ 100% de résultats
Sujet 2 : 0% d'efforts ➡️ 0% de résultats
Sujet 3 : 0% d'efforts ➡️ 0% de résultats
Sujet 4 : 0% d'efforts ➡️ 0% de résultats
Sujet 5 : 0% d'efforts ➡️ 0% de résultats
Sujet 6 : 0% d'efforts ➡️ 0% de résultats
Sujet 7 : 0% d'efforts ➡️ 0% de résultats
Sujet 8 : 0% d'efforts ➡️ 0% de résultats
Sujet 9 : 0% d'efforts ➡️ 0% de résultats
Sujet 10 : 0% d'efforts ➡️ 0% de résultats

Un des sujets est traité à 100%, on célèbre... puis on se souvient qu'il nous reste à traiter tous les autres sujets. Il nous faudrait 1000% d'effort à distribuer pour tout finir ! C'est le burnout.

Less is more

Sujet 1 : 20% d'efforts ➡️ 80% de résultats
Sujet 2 : 20% d'efforts ➡️ 80% de résultats
Sujet 3 : 20% d'efforts ➡️ 80% de résultats
Sujet 4 : 20% d'efforts ➡️ 80% de résultats
Sujet 5 : 20% d'efforts ➡️ 80% de résultats

On décide consciemment de ne pas traiter 5 des 10 sujets pour des raisons stratégiques. Avec 100% d'effort fourni, on a effectué 80% de notre périmètre global. Le MVP est prêt (oui, le principe du MVP est basé sur la philosophie Less is More 😱).

Niche down

En se basant sur le phénomène que l'on vient d'analyser, on peut maximiser nos efforts sur notre marché.

  • En réduisant le nombre de problèmes que l'on tacle, on se permet de mieux tacler ceux que l'on a choisi de résoudre.

  • Les problèmes choisis sont ceux qui résonnent le mieux avec les valeurs de la marque.

  • Nous devenons experts sur un/des sujet(s) plutôt que généraliste sur un domaine.

  • Notre marché est plus petit puisque nous attaquons un segment spécifique, mais ce segment voit une valeur réelle dans ce que nous faisons pour lui.

  • Avant, beaucoup nous considéraient, mais n'étaient pas convaincus. Aujourd'hui, des fans nous suivent, car nous les aidons au quotidien et en profondeur.

  • Plus de personnes viennent chez nous. Plus de personnes voient la valeur dans ce que nous faisons. Plus de personnes nous sont loyales.

Conclusion : Less is more !

Ça peut paraitre super contre-intuitif, mais moins peut rapporter plus.

C'est en allant chercher la profondeur que de réelles connexions se créent entre humains. C'est à ce moment que nous pouvons apporter le plus de valeur à notre prochain.

En langage business : c'est comme ça qu'on double son ROI, qu'on devient leader de son marché et qu'on peut se permettre, par la suite, d'attaquer d'autres marchés une fois qu'on est bien établis sur le premier.

Bon, j'espère que mes maths claquées vous auront fait sourire et que ça vous aura aidé à mieux répartir vos efforts !

✌️

Alban.

Je veux lire moins,
mais lire mieux !

    À quand
    le prochain article ?

    Blog du Branding : Newsletter

    Simple : Un nouvel article.
    Un e-mail.

    Hâte de lire les prochains articles du Blog du Branding ?

    Pour être au courant de la sortie de chaque nouvel article, abonne-toi à la newsletter du blog.

    🤘